L’ambroisie, plante envahissante, entame sa croissance au début de l'été, avec le pollen le plus allergisant de France ! La pollinisation de l'ambroisie, commence aux environs du  1er août (pour le premier pic de pollens susceptible de provoquer un risque allergique non négligeable d'après le modèle de prévision du RNSA). Pour éliminer l'ambroisie il faut donc agir avant la floraison.

Agir contre son expansion est un enjeu majeur de santé publique qui demande l’implication de tous. Participez à cette lutte en signalant toute présence d’ambroisie aux autorités locales (plateforme interactive de signalement).

Tous les signalements sont transmis « en direct » à la commune ou aux référents ambroisie qui mettent en place les actions de lutte nécessaires pour éliminer l’ambroisie.

La reconnaître :

www.ambroisie.info

 

Quels problèmes posent réellement cette plante ?

Introduite en Europe au XIXème siècle, venue d’Amérique du Nord et aux conséquences néfastes, l’ambroisie est devenue aujourd’hui un véritable problème de santé publique. En France, depuis 2011, le ministère de la Santé a mis en place un plan d’action pour lutter contre sa prolifération sur tout le territoire avec l’espoir de la détruire définitivement de notre environnement.

Elle provoque de nombreuses allergies qui sont dues à son pollen hautement volatil. Sa dispersion peut donc s’étendre largement et ainsi toucher de nombreuses personnes. Cette plante, qui s’adapte parfaitement à son environnement, pousse aussi bien au bord des routes que sur les terrains en friche, les chantiers, les zones pavillonnaires ou agricoles… On la retrouve donc un peu partout et son pollen a ainsi la possibilité d’entrer en contact plus facilement avec une grande partie de la population.

Rhinites, urticaire, maux de tête, conjonctivite, toux, eczéma… : symptômes des allergies engendrés variés. De plus, dans 50% des cas, l’ambroisie peut être la cause de l’apparition de l’asthme ou provoquer son aggravation. En général, les allergies débutent après plusieurs années d’exposition au moment de la floraison de la plante.Mais le problème des allergies à l’ambroisie n’a pas seulement des conséquences désagréables, voire dangereuses pour la santé des personnes touchées. Il a aussi un coût et un impact financier trop important pour le système de santé.

Notre région Auvergne Rhône-Alpes, la plus touchée par l’intrusion de l’ambroisie, a évalué ses coûts de santé, liés aux soins pour cause d’allergie à cette plante, qui s’élèvent à environ 20 millions d’euros. L’objectif pour le ministère de la Santé, lorsqu’il mène des campagnes de sensibilisation, est donc de diminuer les dépenses de santé liées à cette plante. Cette recherche de baisse des coûts aura, si son objectif est atteint, un effet secondaire positif, celui de préserver la biodiversité en Europe, toujours menacée par les plantes envahissantes.


Bilan année 2018 à Artemare

Artemare, en partenariat avec la Plateforme Signalement Ambroisie, lutte contre cette plante invasive et allergisante.

En amont : campagne d’affichage, d’information ; rondes comme chaque année ; bulletin municipal ; site Internet de la Mairie ; flyers distribués et à disposition en Mairie ; de + : articles dans presse locale et reportages télévisés … Deux référents formés et les membres du Conseil municipal, du Comité citoyen de la biodiversité communale et de la Commission sociale sensibilisés ...

Merci aux donneurs d’alerte et aux personnes qui se sont investies pleinement (séances d’arrachage, de fauchage …) : élus, agents municipaux, propriétaires, locataires ou non, simplement conscients de l’enjeu sanitaire et de l’envie du bien-vivre dans notre commune. Il était  important et urgent de bien prendre en charge l'élimination de l'ambroisie sur les sites signalés sur notre commune, encore fallait-il, la coopération des propriétaires … Fin septembre, 2 zones non détruites ont donné champ libre au pollen de l’ambroisie …  bienvenue dans le monde de l’incivilité !  11 zones sur l’ensemble de la commune (Cerveyrieu/Artemare) ont été traitées « au mieux » et ont exigé beaucoup de temps et d’énergie : de mi-juillet à fin septembre, des passages réguliers chaque semaine ont été nécessaires car les séances de fauchage ne permettent qu’un temps de pause, l’ambroisie est coriace et repousse jusqu’à la germination... d’où l’importance de l’arrachage.

Nous rappelons que l’ambroisie est une plante nuisible à la santé humaine Code de la santé publique Articles 1338Par conséquent, la lutte contre cette plante est obligatoire, conformément à l'arrêté et au décret en date du 26 avril 2017 relatif à la lutte contre l'ambroisie (Ambrosia artemisifolia). Un merci particulier à Catherine B. et à Suzanne P. pour un soutien sans faille et dans l’intérêt public .