Cérémonie pour l’hommage à tous les morts pour la France – 11 Novembre 2017 – Artemare

Journée du Patrimoine à Artemare le 16 septembre 2017
12 septembre 2017
Ce samedi 11 Novembre 21017 à 11h00 a eu lieu devant le monument aux morts d'Artemare la cérémonie pour l'hommage à tous les morts pour la France.

Mesdames, Messieurs les Elus,
Monsieur Le Président des Anciens Combattants,
Et Messieurs les Anciens Combattants,
Mesdames, Messieurs les Pompiers et Gendarmes, tout grade confondu
Mesdames, Messieurs les Elus du Conseil Municipal Jeunes,
Mesdames, Messieurs les Présidents d’Associations,
Mesdames et  Messieurs,

Nous sommes inscrits, vous le savez dans le cadre des célébrations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale de 1914 – 1918.
L’année 1917 fut l’année terrible, et les évènements de cette année-là ont eu une portée considérable.
Ils en font le tournant de cette grande guerre.
Les batailles terrestres, destinées à briser les lignes ennemies ont été d’une violence excessivement sanglante et meurtrière. On a tous en mémoire l’offensive du Chemin des Dames et sur les Monts de Champagne.

En ce jour de mémoire, il paraît aussi essentiel de rappeler les sacrifices des autres armées : les Canadiens à Vimy, les Anglais pour la troisième bataille d’Ypres en Belgique, où pour la première fois sont utilisés les gaz asphyxiants, la défaite des Italiens à Caporetto… pour ne citer que ces exemples-là.

Les batailles maritimes se voient engagées jusqu’à la guerre sous-marine à outrance, ce qui génère de graves pénuries préjudiciables aux industries de la guerre et de sérieux problèmes de ravitaillement.
En 1917, c’est aussi et progressivement, l’entrée en guerre des Américains.

La fatigue des peuples est la grande caractéristique de cette 1917 : lassitude, dépression s’expriment dans chacun des pays par des mouvements sociaux – sur les différents fronts, se développent des actions de résistance, de désertion et de désobéissance militaire.
Ces mutineries ont laissé une empreinte mémorielle profonde en France et aborder ce sujet faisait débat.

Il aura fallu attendre 1998, le discours de Monsieur Lionel Jospin, et tout récemment celui de Monsieur François Hollande en avril 2017, sur le chemin des Dames pour tenter d’entendre une réflexion historique donnant du sens à ces évènements, à ces attitudes et en reconnaitre une dimension, là-aussi mondiale tant en lien avec le désespoir, les réalités sociales, la démotivation et l’horreur de cette guerre au quotidien.

C’est à nous, dans notre démarche de mémoire et de compréhension de savoir mettre en perspective, dans leur dimension mondiale toutes les réalités humaines de cette grande guerre.
Démarche complexe où s’entrechoquent les différents aspects de l’Histoire.

En ce sens, la mission Nationale du Centenaire de la Première Guerre Mondiale nous invite à repenser nos commémorations de 1917 pour un meilleur discernement historique en intégrant l’ensemble des faits de guerre.

Aujourd’hui devant ce monument, nous honorons les Soldats morts pour la France et nous nous devons de réfléchir à l’extraordinaire capacité qu’ils ont eu individuellement et collectivement, par patriotisme, de s’engager pour défendre la France, leur Pays, Notre Pays.
Notre pays est aujourd’hui en guerre, une toute autre guerre mondiale, celle du radicalisme islamique.
Une guerre sans champ de bataille, une guerre faite d’attentats désastreux, une guerre qui nous inscrit dans un sentiment d’insécurité évident et palpable.

La Paix, comme objectif des combattants d’hier, avec  au cœur, leur Pays, leurs frontières, leurs valeurs à défendre se voit aujourd’hui définit avec d’autres objectifs et notamment cette nécessité de vigilance et de protection jusqu’au plus petit de nos villages et de nos rassemblements.

Avec  vous, je partage mon inquiétude réelle et en ce moment de recueillement et de mémoire, je vous invite à puiser dans l’héroïsme et le patriotisme de nos soldats la force de la résistance et de l’action dont nous aurons peut-être besoin pour défendre encore et encore nos valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

Vive la République,
Vive la France.

Mireille Charmont-Munet,
Maire d’Artemare