Prévention des piqûres de tiques

Prévention des piqûres de tiques

En cas de piqure de tique, il faut retirer immédiatement la tique avec un tire-tique, sans application préalable de produit. Une fois découverte, la tique doit être retirée le plus tôt possible. Une désinfection du lieu d’insertion par un antiseptique doit être réalisée après l’extraction. La tique doit ensuite être détruite.

Si la tique n’est pas gorgée de sang, en l’absence de réaction cutanée, et en l’absence de fièvre, théoriquement, on ne prescrit pas d’antibiotiques (sauf si grossesse, enfant de moins de 8 ans, sujet immunodéprimé, en zone endémique). Il est essentiel de surveiller la zone de la morsure pendant au moins un mois et de consulter si apparition d’une rougeur, ou apparition de fièvre, de douleurs, d’une fatigue anormale ou de symptômes bizarres dans les mois qui suivent. Si la tique est gorgée de sang, une antibiothérapie peut être donnée d’après les recommandations 2014 de l’ILADS (International Lyme and Associated Diseases Society).

En cas de réaction cutanée, ou d’apparition d’une fatigue ou de fièvre, il est nécessaire de consulter rapidement son médecin traitant pour mettre en place une antibiothérapie (Doxycycline 100 mg matin et soir ou Amoxicilline 1 gr 4 fois par jour) pour une durée de trois semaines selon les recommandations officielles, mais 4 à 6 semaines pour l’ILADS.

Suite à une morsure récente de tique, une demande de confirmation par sérologie (prise de sang) n’est pas recommandée car il faut un certain temps pour que l’organisme fabrique des anticorps 

  • Un crochet à tique est le meilleur moyen d’enlever une tique car il ne laisse pas la tête de la tique.

Lorsque l’on tourne, les pointes du rostre sont rabattues le long de l’axe de rotation, et la tique est enlevée facilement, sans effort de traction, et donc en limitant les risques de casser la « tête de la tique ».

Des brochures sont à disposition en Mairie. 

http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1712.pdf